vendredi 14 septembre 2007

Molière ou Shakespeare ?



Depuis quelques semaines, j’alterne sans véritable logique entre le français et l’anglais. Ca ne peut pas continuer comme ça !


Lorsque j’ai créé ce blog il y a bientôt 8 mois, j’ai décidé de l’écrire en français. Parce que c’est ma langue natale bien sûr, parce que je pensais être plus à l’aise écrivant en français, et surtout pour raison thérapeutique, parce que ca me permettait de travailler ce français que je perds peu a peu. Je sais que c’est dur à croire, ma langue natale et maternelle, c’est comme le vélo, ca ne devrait pas s’oublier … ! Mais langue maternelle ou pas, le manque de pratique se fait sentir peu à peu. Et ça fait un peu peur quand même. Combien de fois au téléphone dois-je réfléchir avant d’ouvrir la bouche, parce que ce que je veux dire ne me vient qu’en anglais ? Et combien de fois me suis faite reprendre ou gronder pour mes adaptations libres d’expressions anglaises, mes fautes de grammaire et mes barbarismes de langue. Certains de mes lecteurs ici m’ont d’ailleurs surpris en flagrant délit, malmenant cette belle langue qu’est le français. Mais que l’expat’ qui n’a jamais dit « ça fait du sens » me jette la première pierre !
Ma vie ici est en anglais à 99%. Je connais bien des français, mais quand on se voit, on est généralement avec des écossais ou mon Petit Chimiste et on parle anglais. Et quand on parle français, on le parle mal puisqu’on est bien sûr tous dans le même bateau. On trouve que ce film c’est un peu cheesy, que ce quartier c’est vraiment trop dodgy et on se fait du souci pour notre carbon footprint en sirotant une bonne pint… A la maison comme au boulot, à la ville comme au jardin, à la télé comme dans ma bibliothèque, éveillée ou endormie, partout, c’est english english english (enfin scottish mais ça c’est un autre problème)! Même ma maman parle anglais dans mes rêves. C’est peu étonnant alors que la version française de mon petit cerveau se rouille… C’est certainement pourquoi de plus en plus, et sans toujours m’en rendre compte, j’ai commencé à écrire mes billets en anglais. Paradoxalement, ça me vient souvent plus naturellement. Mais je dis halte. Ca ne va plus du tout cette schizophrénie linguistique !

Alors que faire ?

Ecrire en français me demande souvent un plus gros effort mais j’ai grand besoin de dérouiller mes méninges.
Ecrire en anglais serait plus facile et soyons honnête, me permettrait d’avoir plus de lecteurs (après tout, j’écris aussi pour être lue). Mais j’aurais l’impression de rejeter une partie de mon identité.
Il existe bien une solution, celle adoptée par Pascale : les billets bilingues, mais c’est un sacré travail !

Réponses sur carte postale. Ou dans la boîte à commentaires !

10 commentaires:

Blue a dit…

Ah oui, j'ai déjà fait face à ce dilemme quand j'ai commencé mon blogue. Je voulais le faire en anglais et en français, mais bon, c'était beaucoup trop de travail. Je te suggérerais d'y aller comme ça te vient. Je trouve qu'il y a des sujets qui conviennent mieux à la langue anglaise et d'autres à la langue française en fonction de ses états d'âme et d'autres facteurs personnels. :)

Pascale Clerk a dit…

Tout à fait d'accord. Certains sujets s'imposent spontanément en français ou en anglais. Continue comme ça, tu as déjà beaucoup de lecteurs !

Gwen a dit…

Reading French on a daily basis should improve my own I hope. I don't find it too difficult to read but speaking it and understanding it as spoken is quite another thing. I enjoy reading these blogs in French and wouldn't want you to forget your language. I can't believe that you dream about your mother speaking English. That's amazing.

Vonric a dit…

Je me suis aussi parfois posé la même question (sauf que le 8 mois, tu remplaces par 8 ans ;-) ).

Lorsque je traite de sujets anglais, le faire in English est en effet plus facile (et parfois je cède a la facilité quand c'est 100% anglais, cf mon prochain billet). Toutefois comme mes billets sont souvent une passerelle franco-anglaise, je trouvais les analyses que je pouvais faire plus intéressantes en français, et puis ça me permet de donner mon point de vue de français a Londres (souvent différent de Londres vu de France) au peuple de Molière.

PS: il y a tout de même un truc qui me hérisse, c'est quand j'entends un français, un parisien, dire: ça fait du sens. Arghh!!!!!! Le problème est que maintenant j'entends ça a la radio française (hier sur Europe1), ou de collègues au tel qui n'ont jamais mis les pieds en Angleterre. C'est vraiment devenu n'importe quoi! (bien sur je ne dis pas ça pour les français vivant au Royaume Uni qui ont le droit de dire aussi qu'on vient le "visiter").

Mo a dit…

Je reconnais ton problème. Après 5 années en France j'avais du mal à m'exprimer dans un anglais naturel. Pas de problème aujourd'hui!

Alors, est-ce que tu écoute la radio sur Internet? C'est un bon moyen pour retrouver le rhythme du français.

S'il te plaît, continue en français - tu t'exprime très bien en français.

Mo a dit…

PS How did you get on at work on Thursday? Hope they were kind to you.

Mo a dit…

Désolée de monopoliser les commentaires mais j'ai suivi mes propres conseils ce matin et j'ai écouté un peu France Inter. Qu'est-ce qui m'a fait rigoler? Un journaliste qui dit "Le people" prononcé "peepill"

Pepette a dit…

Merci à tous pour vos commentaires!
Je pense que je vais donc continuer comme ça, selon l'inspiration, le sujet et l'humeur du jour...

Gwen - my mum speaking english in my dreams is actually quite disturbing since she doesn't speak english in "real" life

Vonric - j'ai remarqué ça durant mes vacances, de plus en plus d'anglicismes et beaucoup de n'importe quoi!

Mo - Excellente idée la radio en français, c'est vrai que je n'y pense jamais. Je vais me brancher sur France Inter de ce pas!

NMJ a dit…

hey pepette, i would miss your posts in french, but i think everyone is right, just blog in what you feel like at the time!

Mathilde a dit…

Moi, je fais ma flemmarde, j'écris en français (à la base c'est un blog pour les copains et la famille et ceux que je rencontre au fur et à mesure ;-), et je drop un mot anglais par-ci par-là quand je bug...